31Août 120

Vélo électrique, un remède anti-crise

Vélo électrique : un remède anti-crise

"Le vélo électrique, un plus pour le remède anti-crise."

Si 12 à 15 % des Français se mettaient en selle, c’est 15 milliards d’euros qui seraient économisés par la Sécu... Si 12 à 15 % des Français se mettaient en selle, c'est 13 à 15 milliards d'euros qui seraient économisés par la Sécu. Plutôt que de baisser le prix des carburants, le gouvernement devrait promouvoir le vélo, bon pour le pouvoir d'achat, l'environnement et la santé. L’essence est déjà très chère mais demain, ce sera pire. La mesure adoptée par le gouvernement pour faire baisser les prix de l’essence, ne va rien changer : à la crise économique va s’ajouter d’ici quelques années une crise énergétique liée à la raréfaction du pétrole. La hausse des prix des carburants n’en est donc qu’à ses débuts mais une solution existe : laisser la voiture au garage et enfourcher son vélo. Voilà le remède anti-crise pour faire gagner du pouvoir d’achat. C’est ce à quoi nous incite le Club des villes et territoires cyclables. Son président, Jean-Marie Darmian, souhaite que le gouvernement s’inspire de nos voisins européens. Les Anglais ont mis en place le programme national « Cycle to work » (Au travail à vélo) qui consiste à inciter les employeurs à faciliter l’accès de leurs salariés au vélo pour leurs déplacements domicile/travail, soit par le prêt d’un vélo soit par une aide à l’acquisition d’une bicyclette. Ces employeurs bénéficient d’exonérations fiscales et sociales.

Vélo électrique : De bonnes idées >

Vélo électrique, allons faire un tour chez nos voisins Belges.

Une autre bonne idée piochée chez les Belges consiste à verser au salarié qui choisit le vélo comme principal mode de déplacement dans ses trajets domicile/travail une indemnité kilométrique (21 centimes d’euros par kilomètre parcouru).
Et le principe de cette « indemnité vélo » a été adopté par l’Assemblée nationale l’année dernière mais le ministère des Finances bloque le texte. Pourtant, « faire 30 minutes de vélo par jour permet à la Sécurité sociale d’économiser 1000 euros par an par personne en frais de santé », avance Jean-Marie Darmian. De quoi permettre des économies considérables pour le système de santé, de l’ordre de 15 milliards d’euros par an si 15% des Français se mettait en selle, a calculé le Club des villes et territoires cyclables.
Le problème, c’est qu’"en France, le vélo n’est pas pris au sérieux en tant qu’élément de la chaîne des mobilités, qui est utile au développement économique et à l’environnement", regrette Jean-Marie Darmian. En cause, selon lui, "le lien historique que la France entretient avec l’industrie automobile". Pourtant, le succès des systèmes de vélos partagés (du type Vélib à Paris et Vélo’v à Lyon) "montre que, quand on met un outil efficace à disposition des usagers, ils y adhèrent facilement".

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant